1+1 Perfectionniste vs optimaliste

En parlant de perfectionnisme, examinons l'essence de l'excellent livre de Tal Ben-Shahar,  "The Pursuit of Perfect."

Tal est l'un des plus grands psychologues positifs au monde. Il a enseigné le plus grand cours de l'histoire d'Harvard : Psychologie positive 101.

Il nous dit qu'il existe deux formes distinctes de perfectionnisme - l'une d'elles est en fait adaptative et l'autre non. Il nous dit qu'elles sont si différentes qu'elles ont besoin de noms différents.

Il y a le perfectionniste malsain qui souffre de toutes les choses que l'on attend du perfectionnisme : anxiété, dépression, etc. Il les appelle des "perfectionnistes".

Ensuite, il y a le perfectionniste sain et performant qui utilise ces normes élevées pour alimenter sa croissance. Il les appelle les "optimalistes".

Voici la principale différence entre les deux :

Le perfectionniste (malsain) n'accepte pas la réalité. Il pense réellement qu'il peut travailler 16 heures par jour à la poursuite de son excellent travail tout en restant en super bonne santé, en étant un bon conjoint et un bon parent, en étant super actif dans la communauté et en étant un bon ami pour des dizaines de personnes, et...

La source de leur malheur est le fait qu'ils n'acceptent pas les contraintes de la réalité. Ils ne peuvent tout simplement pas faire toutes ces choses. Ainsi, lorsqu'ils ne répondent pas à leurs attentes, ils s'en prennent impitoyablement à eux-mêmes et subissent tous les effets négatifs d'un perfectionnisme malsain.


L'optimaliste (sain) ?

Il a des exigences très élevées et veut être un créateur, un conjoint, un parent, un ami et un être humain vital formidable, mais il confronte sa vision à la réalité. Il ne bosse qu'un certain nombre d'heures dans une journée et construit sa vie optimale dans les limites de ces saines contraintes.

Remarque : le mot "optimal" est dérivé du latin optimus qui signifie "le meilleur" - et non "le parfait". Le meilleur. Le meilleur dans le cadre des contraintes de nos réalités individuelles.

Avez-vous tendance à être un perfectionniste ou un optimaliste ?

Notre 1+1 aujourd’hui

Comment pouvez-vous maintenir vos normes élevées ET accepter les contraintes de la réalité un peu plus aujourd'hui ?